Contact

Mairie de Mezel

88 Rue Guyot Dessaigne

63115 Mezel

logo-arobase

 

Horaires d'ouverture

Lundi : 09h00 - 12h00  13h30 - 18h30

Mardi : 09h00 - 12h00

Mercredi : 09h00 - 12h00  13h30 - 18h30

Jeudi : 09h00 - 12h00

Vendredi : 09h00 - 12h00  13h30 - 16h30

 

logotel

 

 04 73 83 11 07

 

   

HISTOIRE DU VILLAGE ET PATRIMOINE

 

 

Mezel un Fort Villageois

Avec l’aimable autorisation de Gabriel FOURNIER auteur de l’ouvrage « Les villages fortifiés et leur évolution. Contribution à l’histoire du village en Auvergne » publié par l’association « Forts Villageois d’Auvergne ».

 

MEZEL.- 1201 ; 1302 ; 1330 ; 1377 ; 1622 ; 1631-1636 (photographie p. 78)

         Le chef-lieu primitif de la paroisse semble avoir été situé à environ 400 mètres au sud du village actuel, au terroir de Saint-Michel (ancienne chapelle, vestiges d’habitat). Le village a pour origine et pour centre un ancien château secondaire dépendant de la châtellenie épiscopale de Vertaizon : ce château fut, au début du XIIIe siècle, un des enjeux du conflit entre le comte Gui et son frère l’évêque Robert. Quand les adversaires signèrent la paix en 1201, Mezel fut l’objet d’une clause particulière : Gui promit à l’évêque de l’aider à acquérir Mezel alors dépendance de al châtellenie de Vertaizon (avec Chauriat), mais Robert dut s’engager à ne pas faire de nouveaux travaux de fortification au château pendant trente ans (BALUZE, t.2, p.78 ; SÈVE, 1980, p.41, 165-167).

        En 1259, une chartre de franchises fut accordée aux habitants par l’évêque (consulat). Le village fut le berceau de deux familles vassales. L’une, dont le plus ancien représentant connu était un chevalier de la garnison du château de Vertaizon (1195/1196), avait adopté Mezel comme surnom et tenait en fief le château épiscopal de Mezel (1302, 1 G 13, c.3, fol.5 : analyse) ; au moins depuis le début du XIVe siècle, les Mezel furent également seigneurs du château voisin de Dallet, dont le fief avait été confirmé à l’évêque en 1254 (1 G 13, c.3, fol.4v°, 7, 5 ; 1 G 26, c.21 ; 1 G 47, p.34 ; ESTIENNE, p.349 ; cf. notice de DALLET). L’autre lignage, surnommé d’Arvey, mentionné à partir du deuxième tiers du XIVe siècle, avait pour siège une maison forte voisine de l’église : il tenait également une porte extérieure du château (1 G 48, fol.27r°, 1329 ; 1 G 26, c.290, 1330 ; 1 G 26, c. 122, 1377 ; 1 G 13, c.3, 1377). Au XVe siècle, le premier fief, uni à la seigneurie de Dallet, passa aux mains des Langeac, le second aux mains des Oradour, auxquels succédèrent au XVIIe siècle les Saint-Pardon.

  Aux XIIIe-XIVe siècles, du fait du jeu des inféodations, Mezel était doté d’un système défensif, composé, d’une part, d’un château, relevant de l’évêque, avec ses deux portes (la mention d’une première porte suppose l’existence d’une seconde), et, d’autre part, d’une maison forte, distincte de l’édifice précédent et située près de l’église. La concession en fief d’une porte au détenteur de cette maison forte, ainsi que des expressions comme « fortitudo castri et ville » (1330, 1 G 26, c.290), « porta fortalicii ville » (1329, 1 G 48, fol.27 r°) donnent à penser que, aux yeux des contemporains, le système fortifié composé à la fois du château et de la maison forte avait également des fonctions collectives dans la défense des habitants du village subordonné. De fait, la basse-cour fut lotie et formait un fort, situé près du château et de l’église et décrit dans un terrier de 1631-1636. Au XVIIe siècle, l’ancien service de guet au château épiscopal de Vertaizon fut alors racheté par les habitants. Il subsiste les vestiges d’une grande enceinte, dont la construction semble ne pas avoir été achevée.

1.-1201-1377.-Les plus anciens témoignages : le château épiscopal et les maisons fortes

        a.-1201 – BALUZE, t.2, p.78 ; 1 G 13, c.2 (vidimus de 1252: traité de paix entre l’évêque de Clermont, Robert, et son frère, le comte d’Auvergne, Gui, qui s’était engagé à aider le premier à récupérer le château de Mezel (SÈVE, 1980, p.41, 165-167 : discussion de l’authenticité du document). Mezel fut l’objet de clauses particulières (traduit du latin)

        Gui a promis qu’il sera un allié fidèle et efficace de l’évêque, son frère, pour aider celui-ci à tenir le château de Vertaizon avec Chauriat et Mezel. Le comte doit faire en sorte que l’acquisition de Vertaizon, de Chauriat et de Mezel soit effective de manière que le seigneur évêque en ait la possession

         Le seigneur évêque et le chapitre cathédral ont concédé que dans la châtellenie de Vertaizon ils ne construiront pas de nouveau château, mais ils pourront y faire des travaux pour renforcer ceux qui sont déjà construits, exception fait du château de Mezel qui ne devra pas être renforcé durant trente ans1.

        b.-1302.-Le château – 1 G 13, c.3, inventaire des titres de Vertaizon, fol.5

        Noble Reynaud de Mezel a fait hommage pour son château de Mezel avec toutes ses dépendances2.

        c.-13301 G 26, c.290 ; cf. aussi l’inventaire des titres de Vertaizon (1 G 13, c.3), fol.3 ; 1 G 48, fol.27 r° ; 1 G 51, fol.1 (en marge « le chastel de Mezet ») (traduit du latin)

        Guillaume Arvey, damoiseau, de Mezel a confessé tenir en fief sa maison de Mezel, avec sa motte, ses fossés, ses fortifications et tous les droits attachés, jouxte le chemin public d’une part, l’église Saint-Pierre, la maison d’Etienne de Mezel, damoiseau, d’autre part, et les maisons de Jean Gralho, Durand Salvestre et des héritiers de Pierre Paleta, une ruelle entre eux, d’autre part ; item la première porte appelée la « Porte du château de Mezel », jouxte la maison du dit Etienne de Mezel, d’une part, la maison de Pierre Talapu d’autre part, et la place commune, appelée « del Peyro », d’autre part ; item, d’une manière générale, la fortification du château et du village de Mezel3.

        d.-13771 G 26, c.122. Reconnaissance de Robert Arvey : mêmes termes que celle de 1330. Cf. aussi l’inventaire des titres de Vertaizon (1 G 13, c.3), fol. 4v° (1377) et 6v° (1350)

2.- XVIIe siècle

        a.- 1622.- Service du guet au château de Vertaizon – 1 G 25, c. 80

        En dépit de la présence d’un château seigneurial et d’un fort, un service de guet au château de Vertaizon figurait, encore au XVIIe siècle, parmi les obligations des habitants de Mezel. Un conflit à ce sujet, sur le plan fiscal, se terminera par une transaction en 1622.

  L’évêque, en tant que seigneur justicier de Vertaizon, réclamait un droit de guet de 3 sous 4 deniers par feu, ainsi que des manœuvres, comme dans le reste de la châtellenie de Vertaizon (la nature des manœuvres variait suivant la richesse des assujettis).

  Les habitants, représentés par leurs consuls, reconnurent l’obligation de « faire la garde au château de Vertaizon en temps de guerre et éminant péril, ce à quoy ils ont toujours satisfait jusques à présant », mais ils affirmèrent qu’étant soumis à ce service, ils ne devaient pas payer de droit de guet. Par une transaction, la taxe fut ramenée à 2 sous par feu et par an, payable avec la taille personnelle de 18 deniers par feu : en contrepartie de cet abonnement, le seigneur exempta les habitants de l’obligation d’assurer la garde à son château. En même temps, les manœuvres furent réduites à une ou éventuellement deux par an, à condition que le corvéable puisse rentrer le jour même dans sa maison et à condition que le seigneur paye les péages au cas où le corvéable y serait assujetti.

        Voir des accords comparables avec les habitants de Bouzel et de Vassel.

        b.- 1631-1636.- Description du fort : Liève de 1631-1636 décrivant la censive de François de Saint-Pardon, seigneur de Mezel - 2 E 02240 (d’après un dépouillement de P. Charbonnier)

        Trente-six tenanciers reconnurent tenir du seigneur châtelain de Mezel des bâtiments, appelés le plus souvent « chabanes » ou « maisons », situés dans le fort, au quartier du « Foussat ». La plupart de ces « chabanes » touchaient les unes aux autres, quelques rues assurant la circulation. Quatre « chabanes » étaient situées devant l’église. D’autres s’élevaient à proximité du château et leur emplacement était défini en général par rapport à la « motte du château » (sept cabanes de ce type, dont cinq au nord de la motte), dans un cas par rapport à la « basse-cour ». L’évêque possédait un pressoir dans le fort. Une seule ruine est mentionnée. Quelques « chabanes » étaient partagées entre plusieurs tenanciers.

3.- Le plan

        Le château (grande construction rectangulaire flanquée de tours, au nord de l’église) occupe le secteur nord-est d’une petite enceinte elliptique, dont les limites orientales sont difficiles à préciser et qui correspond à l’ancien fort.

        La limite septentrionale du village de Mezel est matérialisée par une rue dite « chemin derrière les maisons », aujourd’hui « rue du chemin de ronde », le long de laquelle s’élevaient quatre ou cinq tours plus ou moins bien conservées : elle correspond à une ancienne enceinte villageoise. Sur la face orientale, des ruelles étroites en marquent l’emplacement. Le tracé est plus incertain au sud. Les principaux quartiers, construits sur deux rues est-ouest et sur une parcellaire nord-sud, s’étendent à l’est du fort proprement dit (« quartier des Vigeries »). Le secteur nord de la grande enceinte est en revanche incomplètement bâti. La topographie du village donne ainsi l’impression d’un remaniement inachevé.

PLASSE (F.-X.), Charte de Mezel accordée par Gui de la Tour-du-Pin, ancien frère prêcheur, évêque de Clermont ;

     juin 1259 = Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1892, p. 296-302.

 

1 Guido promisit quod erit fidelis et efficax adjutor dicto episcopo, fratri suo, ad habendum castrum Vertaizo cum Chauriaco et Mezes. Debet autem facere comes quod acquisitio Vertazionis, Chauriaci et de Mezes veniant ad effectum et ut dominus episcopus habeat.---. Concesserunt dominus episcopus et capitulum --- quod in castellania Vertaizonis non erigent novum castellum, sed erecta poterunt firmare, excepto castro de Mezes quod infra XXX annos firmari non debet.

2 Fecit feudum - - - de castro suo de Mezet cum omnibus suis pertinentiis.

3 Hospitium suum de Mezeyc cum mota, fossatis, fortitudine et eorum juribus et pertinentiis universis, juxta viam publicam ex parte una, et ecclesiam Sancti Petri et domum Stephani de Mezeyc, domicelli, ex parte altera, et domos Johannis Gralho, Durandi Salvestre et heredum Petri Paleta, quodam violo intermedio ex alia parte. Item primam portam, vocatam Portam castri de Mezeyc, juxta domum dicti Stephani de Mezeyc ex parte una, et domum Petri Talapu ex parte altera, et plateam communem vocatam del Peyro ex alia parte. Item plus omnimodo fortitudinem castri et ville de Mezeyc.

 

 

Nom du Fichier : Charte de Mezel, accordée par Gui de la Tour-du-Pin.pdf
Taille : 672.02 Kb

Images de Mezel
Image Detail

Les derniers articles par email


muresallier 

Directive CEE e-Privacy

Notre site utilise des cookies pour gérer les authentifications, la navigation, et quelques autres fonctions. En utilisant notre site, vous acceptez l'enregistrement de ces cookies par votre navigateur.

Voir les documents sur la directive e-Privacy

Vous avez refusé les cookies. Cette action peut être inversée.

Vous avez autorisé l'enregistrement des cookies. Cette décision peut être inversée.